Révolution énergétique : quand l’IA s’inspire du cerveau humain

L'IA et le cerveau humain

Dans un monde où la transition énergétique est devenue une priorité absolue, les scientifiques et ingénieurs explorent des pistes innovantes pour optimiser notre consommation d’énergie. Parmi les approches les plus prometteuses, l’intelligence artificielle inspirée du fonctionnement du cerveau humain suscite un intérêt croissant. Cette convergence entre neurosciences et technologies de pointe pourrait bien révolutionner notre manière de produire, distribuer et consommer l’énergie.

Le cerveau humain : un modèle d’efficacité énergétique

Le cerveau humain est un chef-d’œuvre d’optimisation énergétique. Pesant environ 1,4 kg, il ne consomme que 20 watts en moyenne, soit l’équivalent d’une ampoule LED. Pourtant, il effectue des milliards d’opérations par seconde, surpassant en efficacité les superordinateurs les plus avancés.

“Le cerveau humain est un exemple remarquable d’efficacité énergétique”, explique le Dr. Marie Durand, neuroscientifique à l’INSERM. “Il utilise des mécanismes sophistiqués pour minimiser sa consommation d’énergie tout en maintenant des performances cognitives élevées.”

Voici une vidéo relatant ces faits :

Parmi ces mécanismes, on peut citer :

  • La plasticité synaptique, qui permet d’optimiser les connexions neuronales
  • Le traitement parallèle de l’information
  • L’utilisation de neurotransmetteurs pour une communication efficace entre les neurones

L’IA neuromorphique : quand les puces s’inspirent des neurones

S’inspirant de ces principes, les chercheurs développent des architectures d’IA dites “neuromorphiques”. Ces systèmes imitent la structure et le fonctionnement du cerveau humain pour améliorer l’efficacité énergétique des processus de calcul.

Le professeur Jean-Paul Laumond, expert en robotique au CNRS, explique : “Les puces neuromorphiques utilisent des ‘neurones artificiels’ interconnectés, capables de traiter l’information de manière distribuée et asynchrone, à l’instar du cerveau humain. Cette approche permet de réduire considérablement la consommation d’énergie par rapport aux architectures traditionnelles.”

Des entreprises comme IBM, Intel et Qualcomm investissent massivement dans cette technologie. Le projet TrueNorth d’IBM, par exemple, a développé une puce neuromorphique capable de simuler un million de neurones et 256 millions de synapses, tout en ne consommant que 70 milliwatts.

Applications dans le secteur énergétique

L’IA neuromorphique trouve de nombreuses applications dans le domaine de l’énergie :

1. Optimisation des réseaux électriques intelligents

Les réseaux électriques intelligents (smart grids) bénéficient grandement de l’IA neuromorphique. Ces systèmes peuvent analyser en temps réel les fluctuations de la demande et de l’offre d’électricité, permettant une gestion plus efficace des ressources.

“L’IA neuromorphique permet d’anticiper les pics de consommation et d’ajuster la production en conséquence, réduisant ainsi les gaspillages et les risques de panne”, explique Sophie Martin, ingénieure chez Enedis.

2. Amélioration de l’efficacité des énergies renouvelables

Dans le domaine des énergies renouvelables, l’IA neuromorphique joue un rôle crucial dans l’optimisation de la production. Par exemple, pour l’énergie solaire :

  • Prévision précise de la production en fonction des conditions météorologiques
  • Ajustement en temps réel de l’orientation des panneaux solaires
  • Détection précoce des dysfonctionnements pour une maintenance prédictive

3. Gestion intelligente de la consommation des bâtiments

Les bâtiments intelligents utilisent l’IA neuromorphique pour optimiser leur consommation énergétique. Ces systèmes apprennent les habitudes des occupants et ajustent automatiquement le chauffage, la climatisation et l’éclairage pour réduire le gaspillage.

“Nos tests montrent qu’un bâtiment équipé d’IA neuromorphique peut réduire sa consommation d’énergie de 30% en moyenne”, affirme Pierre Dubois, directeur R&D chez SmartBuilding Technologies.

Défis et perspectives

Malgré ses promesses, l’IA neuromorphique fait face à plusieurs défis :

1. Complexité de conception

La conception de puces neuromorphiques reste un défi technique majeur. “Reproduire la complexité du cerveau humain à l’échelle du silicium est extrêmement difficile”, admet le Dr. Luc Renard, chercheur au CEA-Leti.

2. Coûts de développement

Les investissements nécessaires pour développer cette technologie sont considérables. Cependant, les experts s’accordent à dire que les bénéfices à long terme justifient ces coûts initiaux.

3. Questions éthiques et de sécurité

L’utilisation généralisée de l’IA dans le secteur énergétique soulève des questions éthiques et de sécurité, notamment en termes de protection des données et de résilience face aux cyberattaques.

Vers une révolution énergétique durable

Malgré ces défis, l’avenir de l’IA neuromorphique dans le secteur énergétique semble prometteur. Selon une étude de Bloomberg New Energy Finance, l’utilisation de l’IA dans le secteur de l’énergie pourrait générer des économies de plus de 200 milliards de dollars d’ici 2025.

“L’IA neuromorphique représente une avancée majeure dans notre quête d’un avenir énergétique durable”, conclut le Pr. Emma Johnson, spécialiste en politique énergétique à Sciences Po. “En combinant l’efficacité du cerveau humain avec la puissance de calcul des ordinateurs, nous ouvrons la voie à des solutions innovantes pour relever les défis énergétiques du 21e siècle.”

Alors que le monde fait face à l’urgence climatique, l’alliance entre neurosciences et intelligence artificielle pourrait bien être la clé d’une révolution énergétique tant attendue. En s’inspirant du chef-d’œuvre d’efficacité qu’est le cerveau humain, l’IA neuromorphique promet de transformer radicalement notre rapport à l’énergie, ouvrant la voie à un avenir plus durable et plus intelligent.

Santé au travail : La quête de sens, un enjeu majeur pour les employés, selon Philippe Goj

Le droit des employés sur la santé au travail, selon Philippe Goj

Dans un monde professionnel en constante évolution, la quête de sens au travail est devenue un enjeu crucial pour les employés. Selon Philippe Goj, président du Centre de médecine du travail et de santé au travail (CIAMT), cette recherche de sens est indissociable du bien-être et de l’épanouissement des travailleurs. À l’heure où le stress et l’épuisement professionnel sont des préoccupations majeures, donner un sens à son travail peut être un puissant levier pour préserver la santé mentale et physique des employés.

Un travail épanouissant, source de motivation et de bien-être

Nombreuses sont les études qui soulignent l’importance de trouver un sens à son travail. Une étude menée par Gallup en 2022 a révélé que les employés qui ressentent un fort sentiment d’appartenance et de contribution à leur entreprise sont 7,8 fois plus engagés et 3,6 fois moins susceptibles de quitter leur emploi. Philippe Goj souligne que lorsque les employés perçoivent leur travail comme une source de développement personnel et de contribution positive à la société, leur motivation et leur bien-être s’en trouvent renforcés.

Selon une enquête réalisée par l’Université de Chicago en 2020, les employés qui estiment que leur travail a un impact positif sur la société sont deux fois plus susceptibles de déclarer un niveau élevé de satisfaction au travail. De plus, ils présentent des taux d’absentéisme et de roulement du personnel inférieurs de 25% par rapport à la moyenne. Ces chiffres soulignent l’importance cruciale de permettre aux employés de donner un sens à leur travail pour favoriser leur engagement et leur rétention.

Voici une vidéo relatant la responsabilité de l’entreprise sur la santé au travail :

Le défi de la reconnaissance et de l’autonomie

Cependant, créer un environnement de travail propice à la quête de sens n’est pas une tâche aisée. Selon Philippe Goj, les employeurs doivent accorder une attention particulière à la reconnaissance du travail accompli et à l’autonomie des employés. Une enquête de l’OCDE en 2021 a montré que près de 40% des travailleurs estiment ne pas recevoir suffisamment de reconnaissance pour leur contribution. De plus, 32% déclarent avoir un faible niveau d’autonomie dans leur travail, ce qui peut entraver leur sentiment d’accomplissement personnel.

Philippe Goj explique que le manque de reconnaissance peut saper la motivation et le sentiment d’appartenance des employés. Il est essentiel que les employeurs mettent en place des systèmes de reconnaissance formels et informels, valorisant les efforts et les réalisations de chacun. De même, l’autonomie est un facteur clé pour permettre aux employés de s’épanouir dans leur travail et de s’approprier leur contribution.

La communication et la transparence, clés de la quête de sens

Pour relever ce défi, Philippe Goj préconise une communication ouverte et transparente entre les employeurs et les employés. Il est essentiel de favoriser un dialogue constructif sur les valeurs et les objectifs de l’entreprise, afin que chacun puisse s’y identifier et y trouver un sens profond. Une étude de l’Université de Californie en 2019 a démontré que les entreprises qui communiquent efficacement leur mission et leurs valeurs enregistrent des niveaux de productivité et d’engagement supérieurs de 21% par rapport aux autres organisations.

Philippe Goj souligne également l’importance de la transparence dans la prise de décision et la gestion des changements organisationnels. Lorsque les employés comprennent les raisons qui sous-tendent les décisions et les évolutions de l’entreprise, ils sont plus à même de les accepter et de les soutenir. Une enquête menée par Deloitte en 2021 a révélé que 73% des employés déclarent avoir plus confiance dans une entreprise transparente sur ses objectifs et ses défis.

Favoriser l’épanouissement personnel et l’équilibre vie professionnelle-vie privée

Au-delà de la reconnaissance, de l’autonomie et de la communication, Philippe Goj insiste sur la nécessité de permettre aux employés de s’épanouir sur le plan personnel et de trouver un équilibre sain entre leur vie professionnelle et leur vie privée. Selon une étude de l’Université de Stanford en 2022, les employés qui bénéficient de programmes de développement personnel et de mesures favorisant la conciliation travail-famille affichent des niveaux de stress inférieurs de 18% et une productivité supérieure de 11% par rapport à la moyenne.

Philippe Goj encourage les entreprises à proposer des initiatives telles que des formations, des programmes de mentorat, des activités de bien-être et des horaires flexibles. Ces mesures permettent aux employés de se sentir soutenus dans leur épanouissement personnel et professionnel, renforçant ainsi leur sentiment d’appartenance et leur engagement envers l’entreprise.

La quête de sens au travail est un enjeu crucial pour le bien-être et la performance des employés. En créant un environnement propice à la reconnaissance, à l’autonomie, à la communication transparente et à l’épanouissement personnel, les entreprises peuvent favoriser l’engagement et la motivation de leurs équipes. Comme le souligne Philippe Goj, investir dans cette quête de sens n’est pas seulement bénéfique pour les employés, mais également pour la pérennité et le succès des organisations.

Héritage transfrontalier : Comment la loi française protège les enfants du défunt

L'héritage international

Dans notre monde interconnecté, les familles éclatées à travers plusieurs pays sont désormais monnaie courante. Une situation qui complexifie singulièrement la gestion des successions lorsque le défunt laisse des biens répartis dans différents États. Les enjeux juridiques et fiscaux deviennent alors un véritable casse-tête, en particulier quand des enfants mineurs sont impliqués. Heureusement, la législation française a prévu toute une batterie de mesures pour protéger au mieux leurs intérêts patrimoniaux dans ces dossiers potentiellement explosifs. Tour d’horizon de ces garde-fous essentiels.

La réserve héréditaire, un socle intangible

Avantage considérable pour les descendants directs, le code civil français leur accorde une réserve héréditaire inaliénable. Qu’importe les dernières volontés du défunt, ses enfants ou petits-enfants sont assurés de recevoir une part minimale de son patrimoine. Une quotité fixée à 50% s’il n’y a qu’un enfant, et aux deux tiers au minimum en présence de plusieurs descendants en ligne directe.

Voici une vidéo relatant ces faits :

“C’est un droit fondamental qui leur est garanti par la loi, que les tribunaux font respecter scrupuleusement, quel que soit le contenu du testament”, souligne Maître Brigitte Bouffier, notaire spécialiste des successions internationales.

Un filet de sécurité primordial lorsque le défunt, de son vivant, n’a pas suffisamment anticipé la protection de sa descendance. La réserve évite ainsi les situations ubuesques où l’enfant se retrouverait totalement dépouillé de son héritage au profit du conjoint survivant par exemple.

L’administrateur légal, un gage de bonne gestion

Mais qu’advient-il lorsque le bénéficiaire de ces biens est un mineur ? Le risque est alors que son patrimoine soit mal géré, voire dilapidé, faute de maturité et d’expérience à son jeune âge. Pour prévenir ces dérives, la loi mandate un tiers responsable : l’administrateur légal.

“C’est le plus souvent le parent survivant qui endosse ce rôle clé, mais il peut aussi s’agir d’un proche, voire d’un professionnel comme un notaire ou un avocat”, détaille Maître Bouffier. Quelle que soit sa qualité, sa mission est strictement encadrée par le juge des tutelles, qui exerce un contrôle étroit sur tous ses faits et gestes.  

En tant que gestionnaire de fait du patrimoine du mineur, l’administrateur légal ne peut engager aucune opération majeure (vente immobilière, placement financier, etc.) sans l’aval préalable du magistrat. “Il est tenu d’appliquer les règles d’une saine gestion, dans le seul intérêt du mineur. Un devoir de diligence absolue sous peine d’être révoqué”, complète l’experte.

Un régime qui fait autorité à l’international

Jusqu’ici réservées au droit interne français, ces protections produisent également leurs effets dans de nombreux autres pays, via les conventions bilatérales signées par l’Hexagone. C’est notamment le cas en Europe, mais aussi dans des territoires comme la Suisse ou le Québec.

Concrètement, même si le défunt était étranger, la réserve héréditaire et le régime de l’administration légale peuvent s’appliquer sur des biens immobiliers situés en France, voire sur le territoire de l’autre État partie à la convention. Une véritable avancée qui assure davantage de sécurité juridique aux enfants mineurs concernés.

Fiscalité du transfrontalier : un casse-tête persistant

En revanche, la dimension fiscale reste le point noir des successions à caractère international. En l’absence d’harmonisation globale du droit, la résidence du défunt et la localisation de chaque bien déterminent le régime d’imposition applicable.

“Si l’on prend l’exemple classique d’un Français détenteur d’une résidence secondaire en Espagne, ses héritiers devront normalement s’acquitter des droits de succession dans les deux pays”, illustre Me Bouffier.

Une complexité accrue par les spécificités nationales comme les abattements, les tranches d’imposition, voire l’existence ou non d’un impôt successoral… Sans compter les potentiels risques de double imposition, même si certaines conventions bilatérales permettent de les éviter.

Pour les mineurs, des avantages existent toutefois comme d’importants abattements, mais une stratégie patrimoniale amont est plus que jamais indispensable pour optimiser leur fiscalité.

L’Europe tente de défricher le maquis

Face à ce dédale juridique et fiscal, l’Union européenne entend faciliter la vie des familles transnationales. Entré en vigueur en août 2015, le règlement européen sur les successions vise à harmoniser les règles applicables au sein des 27 États membres (hors Royaume-Uni, Danemark et Irlande).

Finis les longs conflits de lois entre pays ! Le défunt, quelle que soit sa nationalité, peut désormais choisir librement le régime juridique régissant sa succession : loi de son pays de résidence habituelle, ou loi de son pays d’origine. Un principe de sécurité juridique accrue, à même de prévenir de nombreux litiges.

Autre avancée, le concept juridique de “résidence habituelle” prend le pas sur la seule nationalité pour déterminer le for compétent en cas de contentieux successoral. Un changement de paradigme protecteur pour les citoyens ayant réellement leurs intérêts et leur vie établis dans un autre pays.

Un progrès indéniable, même si certains juristes regrettent que le règlement ne tranche pas explicitement sur des questions épineuses comme les règles de réserve héréditaire. “C’est un premier pas, mais il reste encore des zones d’ombre à éclaircir pour une harmonisation aboutie”, nuance Me Bouffier.

Le sujet reste donc en chantier au niveau communautaire. Mais dans l’attente de nouvelles avancées, la législation française apparaît comme un rempart solide pour défendre les intérêts patrimoniaux des mineurs confrontés à une succession transnationale. Une protection juridique appréciable dans ces dossiers à hauts risques.

Ingénierie 2.0 : vers une transformation radicale grâce à l’IA générative et à l’apprentissage automatique

L'IA générative et l'ingénierie

Dans les laboratoires de recherche de pointe et les salles de conception d’avant-garde, un vent de changement souffle sur le monde de l’ingénierie. L’intelligence artificielle générative et l’apprentissage automatique ne sont plus de simples concepts futuristes, mais des réalités qui redéfinissent les frontières de cette discipline séculaire. Des bâtiments intelligents aux systèmes de transport révolutionnaires, en passant par la conception de nouveaux matériaux, l’ingénierie 2.0 promet une transformation radicale qui changera notre façon de concevoir, de construire et d’interagir avec le monde qui nous entoure.

De la conception assistée à la co-création

Pendant des décennies, les ingénieurs ont utilisé des outils de conception assistée par ordinateur (CAO) pour visualiser et raffiner leurs projets. Aujourd’hui, cependant, l’IA générative et l’apprentissage automatique ouvrent de nouvelles perspectives passionnantes, libérant un potentiel créatif sans précédent.

“Nous passons de la simple assistance à la véritable co-création”, explique le Dr Rajesh Menon, expert en IA à l’Université du Texas. “L’IA peut désormais générer des concepts de conception entièrement nouveaux, en s’appuyant sur des données massives et en explorant des espaces de solutions que l’esprit humain n’aurait jamais envisagés.”

Des bâtiments intelligents à l’architecture organique

Dans le domaine de l’architecture et de la construction, cette révolution technologique est déjà en marche. Les ingénieurs explorent l’utilisation de l’IA générative pour concevoir des bâtiments “intelligents”, capables d’optimiser leur consommation énergétique, leur ventilation et leur éclairage en fonction des conditions environnementales et des préférences des occupants.

Voici ce qu’est l’IA générative :

Mais au-delà de l’efficacité, l’IA ouvre également la voie à des formes architecturales audacieuses et organiques, s’inspirant de la nature pour créer des structures à la fois esthétiques et fonctionnelles. “Nous pouvons désormais imaginer des bâtiments qui s’intègrent parfaitement à leur environnement, comme s’ils avaient poussé à partir du sol”, s’enthousiasme l’architecte Neri Oxman du MIT Media Lab.

Des matériaux haute performance par la conception générative

L’ingénierie des matériaux, elle aussi, connaît une véritable renaissance grâce à l’IA. Les chercheurs utilisent désormais l’apprentissage automatique et la conception générative pour explorer de nouvelles compositions et structures à l’échelle atomique et moléculaire.

“Nous pouvons maintenant ‘cultiver’ des matériaux sur mesure avec des propriétés spécifiques, comme une résistance extrême ou une conductivité électrique élevée”, explique le Dr Muratov du Laboratoire national d’Argonne. “L’IA accélère considérablement ce processus, ouvrant la voie à des applications révolutionnaires dans des domaines aussi variés que l’aérospatiale, l’énergie et la médecine.”

Des systèmes de transport repensés

Mais l’impact de l’IA générative et de l’apprentissage automatique ne se limite pas aux structures physiques. Les ingénieurs explorent également leur potentiel pour repenser les systèmes de transport eux-mêmes, des voitures autonomes aux réseaux ferroviaires intelligents.

“L’IA peut optimiser les itinéraires, gérer le trafic en temps réel et même anticiper les pannes potentielles, assurant ainsi une efficacité et une sécurité maximales”, déclare Daniela Rus, directrice du Laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle au MIT. “Nous entrons dans une ère où les systèmes de transport seront véritablement interconnectés et adaptatifs.”

Une nouvelle génération d’ingénieurs à l’avant-garde

Pour tirer pleinement parti de cette révolution technologique, cependant, une nouvelle génération d’ingénieurs doit être formée aux compétences de pointe en IA et en apprentissage automatique. De nombreuses universités de renom intègrent désormais ces disciplines dans leurs programmes d’ingénierie, préparant ainsi les futurs pionniers de cette nouvelle ère.

“Nos étudiants doivent non seulement maîtriser les principes fondamentaux de l’ingénierie, mais aussi acquérir une compréhension approfondie des capacités et des limites de l’IA”, explique le professeur Tsu-Jae King Liu, doyen de l’École d’ingénierie de l’Université de Californie à Berkeley. “C’est cette synergie entre l’expertise humaine et l’intelligence artificielle qui ouvrira la voie à des innovations véritablement révolutionnaires.”

Les défis éthiques d’une puissance transformatrice

Bien que les perspectives soient prometteuses, cette puissance transformatrice de l’IA soulève également des questions éthiques importantes. Les ingénieurs devront relever le défi de garantir la sécurité, la fiabilité et l’équité de ces nouvelles technologies, tout en veillant à ce qu’elles ne renforcent pas les biais existants ou ne créent pas de nouvelles formes d’inégalité.

“Nous devons adopter une approche responsable et réfléchie”, avertit la professeure Samantha Robertson, spécialiste de l’éthique de l’IA à l’Université Carnegie Mellon. “L’ingénierie 2.0 ne doit pas seulement être une quête de performance, mais aussi un engagement envers des valeurs humaines fondamentales telles que la justice, la transparence et le respect de la vie privée.”

Une nouvelle frontière passionnante

Malgré ces défis, l’avenir de l’ingénierie 2.0 s’annonce passionnant. À mesure que l’IA générative et l’apprentissage automatique continueront d’évoluer, de nouveaux domaines d’application émergeront, des villes intelligentes à l’exploration spatiale en passant par les biotechnologies de pointe.

“Nous n’en sommes qu’aux balbutiements”, affirme avec enthousiasme le Dr Kai-Fu Lee, expert en IA de renommée mondiale. “L’ingénierie 2.0 n’est pas seulement une évolution, c’est une véritable révolution qui transformera notre rapport au monde construit et naturel.”

Qu’il s’agisse de relever les défis environnementaux, d’améliorer la qualité de vie ou de repousser les frontières de l’exploration humaine, une chose est sûre : l’ingénierie 2.0 ouvrira la voie à des réalisations autrefois inimaginables, changeant à jamais notre compréhension de ce qui est possible.

La success story de Melanie Perkins : comment Canva a conquis le monde

Le parcours de la fondatrice de Canva Melanie Perkins

Dans l’univers foisonnant des start-up technologiques, rares sont celles qui parviennent à se démarquer et à s’imposer durablement sur la scène mondiale. Pourtant, c’est précisément le défi qu’a relevé Melanie Perkins, la fondatrice et CEO de Canva, une plateforme de design graphique désormais incontournable. Retour sur le parcours inspirant de cette entrepreneuse visionnaire qui a su transformer une idée en un succès planétaire.

Des origines modestes aux prémices d’une révolution

Née à Perth, en Australie, Melanie Perkins grandit dans un environnement modeste, loin des quartiers huppés de la capitale économique du pays. Dès son plus jeune âge, elle fait preuve d’un esprit créatif et entrepreneurial hors du commun en montant ses propres petites entreprises, de la vente de cartes de vœux artisanales à la création de sites web pour des entreprises locales.

Après des études en communication et en psychologie, Melanie se lance dans l’enseignement pendant quelques années. Mais très vite, son ambition débordante la pousse à se lancer dans une nouvelle aventure : faciliter la création de designs graphiques de qualité pour les non-professionnels. C’est ainsi que germe l’idée de Canva, une plateforme en ligne révolutionnaire visant à démocratiser le design.

Voici une vidéo présentant cette femme exceptionnelle :

Une plateforme de design graphique disruptive

En 2013, après avoir convaincu un investisseur de croire en son projet, Melanie Perkins cofonde officiellement Canva avec son compagnon Cliff Obrecht. L’objectif est clair : proposer un outil simple et intuitif permettant à tous de créer des designs attrayants, sans connaissances techniques préalables en matière de conception graphique.

Grâce à une interface soignée, un vaste choix de modèles prêts à l’emploi et une bibliothèque d’éléments graphiques réutilisables, Canva s’impose rapidement comme une plateforme incontournable pour les particuliers, entrepreneurs, étudiants et petites entreprises. Sa facilité d’utilisation et son accessibilité séduisent un public désireux de créer des visuels professionnels à moindre coût.

Un succès fulgurant porté par une vision ambitieuse

Le succès de Canva ne se fait pas attendre. En quelques années seulement, la start-up passe du statut de pépite australienne à celui d’une licorne technologique valorisée à plus de 40 milliards de dollars en 2022. Une ascension fulgurante portée par la vision ambitieuse de Melanie Perkins, déterminée à faire de Canva l’outil de design graphique le plus populaire au monde.

Pour y parvenir, l’entreprise multiplie les levées de fonds records auprès d’investisseurs de renom, atteignant plus d’un demi-milliard de dollars en 2021. Cette manne financière permet à Canva de se développer à l’international et d’enrichir continuellement son offre avec de nouvelles fonctionnalités, des outils de collaboration en temps réel et des milliers de nouveaux modèles.

C Logo Branding Identity Corporate 3D Render Company Letter Logo.

Une entreprise en phase avec son époque

Au-delà de son produit novateur, une partie du succès de Canva réside dans sa capacité à capter l’air du temps. Avec l’essor du travail à distance et de l’entrepreneuriat en ligne, la demande pour des outils de création de contenus visuels n’a cessé de croître ces dernières années. Canva a su répondre à ce besoin en proposant une solution accessible, collaborative et adaptée aux nouvelles façons de travailler.

Mais l’entreprise ne s’est pas contentée de suivre la tendance. Elle l’a façonnée en encourageant une véritable démocratisation du design graphique. En permettant à chacun de créer des visuels professionnels sans l’aide de graphistes, Canva a brisé les barrières traditionnelles de l’industrie du design.

Un modèle d’entreprise inspirant

Au-delà de son succès commercial, Canva se démarque également par sa culture d’entreprise avant-gardiste. Melanie Perkins a ainsi mis en place une politique de transparence radicale en partageant régulièrement les chiffres de l’entreprise avec l’ensemble de ses employés. Une philosophie de management qui vise à responsabiliser chaque collaborateur et à favoriser un sentiment d’appartenance à un projet commun.

Soucieuse de cultiver un environnement de travail épanouissant, Canva propose également des avantages sociaux généreux, allant des congés illimités aux programmes de bien-être en passant par la possibilité de travailler à distance. Une approche gagnante qui a permis à l’entreprise d’attirer et de fidéliser les meilleurs talents du secteur technologique.

Avec sa vision disruptive, son modèle d’entreprise inspirant et son succès retentissant, Melanie Perkins a réussi à transformer Canva en une véritable success story à l’échelle mondiale. En démocratisant l’accès au design graphique, cette entrepreneuse visionnaire a non seulement révolutionné une industrie, mais elle a également démontré que l’innovation et la persévérance peuvent mener aux plus grands accomplissements. Une source d’inspiration pour toute une génération d’entrepreneurs en herbe.

Droits des travailleurs : entre ombre et lumière, où se situent les protections ?

Le droit des travailleurs

À l’heure où les notions de travail et de protection sociale évoluent à un rythme effréné, il est crucial de s’interroger sur la situation des travailleurs à travers le monde.

Si certains pays offrent des conditions de travail décentes et une protection sociale solide, d’autres laissent les salariés dans une précarité alarmante.

Dans cet article, nous vous proposons d’explorer les contrastes saisissants qui caractérisent la protection des travailleurs à l’échelle mondiale.

Des havres de paix aux zones de turbulences : le panorama des droits des travailleurs

Divers indicateurs permettent d’évaluer le niveau de protection des travailleurs.

Parmi les plus importants figurent :

  • La législation du travail : La force des lois protégeant les droits fondamentaux des travailleurs, tels que la durée maximale du travail, le salaire minimum, le droit aux congés payés et la sécurité au travail.
  • La présence de syndicats : Le taux de syndicalisation et la capacité des syndicats à négocier des conventions collectives et à défendre les droits des travailleurs.
  • Les systèmes de protection sociale : La qualité et l’accessibilité des systèmes de sécurité sociale, notamment l’assurance chômage, l’assurance maladie et les retraites.

Voici une vidéo relatant le droit des travailleurs :

En se basant sur ces indicateurs, un fossé béant se creuse entre les pays où les travailleurs sont les mieux protégés et ceux où ils sont les plus vulnérables.

D’un côté, on retrouve des nations comme la Suède, le Danemark et la Norvège, qui se distinguent par une législation du travail solide, une forte présence syndicale et des systèmes de protection sociale généreux.

Dans ces pays, les travailleurs bénéficient d’un environnement de travail sûr, d’une rémunération équitable et d’un filet de sécurité solide en cas de coup dur.

A l’autre extrémité du spectre, des pays comme l’Afghanistan, la Somalie et la République Démocratique du Congo affichent des niveaux de protection des travailleurs extrêmement faibles.

Dans ces régions, le travail informel est largement répandu, les droits fondamentaux des travailleurs bafoués et les systèmes de protection sociale inexistants ou inefficaces.

Facteurs à l’origine de ces disparités criantes

Plusieurs facteurs expliquent les disparités criantes en matière de protection des travailleurs.

Parmi les plus importants, on peut citer :

  • Le niveau de développement économique : Les pays plus développés disposent généralement de ressources et d’institutions plus solides pour mettre en place des politiques de protection des travailleurs efficaces.
  • Le contexte politique : La présence de gouvernements démocratiques et respectueux des droits humains est essentielle pour garantir la protection des travailleurs.
  • La mobilisation des travailleurs et des syndicats : La force des syndicats et leur capacité à mobiliser les travailleurs sont cruciales pour faire progresser les droits des travailleurs.
  • La mondialisation et les chaînes d’approvisionnement : La mondialisation et l’essor des chaînes d’approvisionnement internationales ont complexifié la protection des travailleurs, car les entreprises peuvent facilement délocaliser leurs activités pour échapper aux réglementations sociales strictes.

Un enjeu mondial et des défis à relever

La protection des travailleurs est un enjeu mondial qui nécessite une action concertée.

Les gouvernements, les organisations internationales, les entreprises et les syndicats ont tous un rôle à jouer pour garantir que tous les travailleurs bénéficient de conditions de travail décentes et d’une protection sociale adéquate.

Si des progrès ont été réalisés ces dernières années, il reste encore beaucoup à faire pour que tous les travailleurs dans le monde soient traités avec dignité et respect.

La poursuite de la recherche et l’échange de bonnes pratiques entre les pays seront essentiels pour relever ce défi.

En conclusion, la protection des travailleurs est un sujet complexe et multidimensionnel qui varie considérablement d’un pays à l’autre.

Si certains pays ont fait de grands progrès en matière de droits des travailleurs, d’autres ont encore un long chemin à parcourir.

Il est essentiel de poursuivre les efforts pour garantir que tous les travailleurs, où qu’ils se trouvent dans le monde, puissent bénéficier de conditions de travail justes et d’une protection sociale adéquate.

Maladies professionnelles : La médecine du travail en première ligne pour la reconnaissance et la réparation

La médecine du travail

Les maladies professionnelles représentent un enjeu majeur de santé publique et de justice sociale. Elles témoignent de l’impact de l’environnement de travail sur la santé des employés et soulignent l’importance d’une reconnaissance et d’une réparation adéquates. La médecine du travail joue un rôle crucial dans ce processus, agissant en première ligne pour diagnostiquer, prévenir et accompagner les travailleurs affectés. Cet article explore les différentes facettes de l’intervention de la médecine du travail dans la gestion des maladies professionnelles, mettant en lumière son rôle essentiel dans la protection de la santé au travail.

Identification précoce des symptômes et diagnostic des maladies professionnelles

L’une des principales missions de la médecine du travail est l’identification précoce des symptômes pouvant indiquer une maladie professionnelle. Grâce à des examens réguliers et à une connaissance approfondie des conditions de travail spécifiques à chaque secteur, les médecins du travail sont en mesure de détecter les signes avant-coureurs de maladies liées à l’activité professionnelle. Le diagnostic précoce est crucial pour la mise en place rapide de mesures préventives et pour éviter l’aggravation de l’état de santé du salarié.

Voici ce qui peut poser un problème à l’avenir de la médecine du travail :

Le rôle de conseil et de prévention de la médecine du travail

Outre le diagnostic, la médecine du travail assure un rôle de conseil et de prévention primordial. Elle informe les employés sur les risques spécifiques associés à leur poste de travail et sur les moyens de les prévenir. Par la réalisation d’évaluations des risques et la mise en œuvre de campagnes de sensibilisation, elle joue un rôle actif dans la prévention des maladies professionnelles. Ce rôle consultatif s’étend également aux employeurs, à qui elle fournit des recommandations sur les améliorations des conditions de travail et sur la conformité avec la législation en vigueur.

Accompagnement dans le processus de reconnaissance de la maladie professionnelle

La reconnaissance officielle d’une maladie comme professionnelle est une étape cruciale pour l’employé affecté. La médecine du travail accompagne le salarié dans ce processus complexe, l’aidant à constituer son dossier et à rassembler les preuves nécessaires. Elle fournit une expertise médicale essentielle pour établir le lien de causalité entre l’exposition à un risque au travail et la maladie diagnostiquée. Ce soutien est déterminant pour l’obtention des droits à réparation et des indemnités dues.

Suivi personnalisé des travailleurs atteints de maladies professionnelles

Le suivi personnalisé des travailleurs atteints de maladies professionnelles est une autre facette importante de l’action de la médecine du travail. Ce suivi inclut non seulement le traitement médical et le suivi de l’évolution de la maladie, mais aussi un accompagnement dans le retour au travail et, si nécessaire, dans la réadaptation professionnelle. La médecine du travail joue un rôle clé dans l’évaluation de l’aptitude du salarié à reprendre son poste ou, le cas échéant, dans la proposition d’aménagements de poste ou de reconversions professionnelles.

Collaboration avec les acteurs de la santé et de la sécurité au travail

La gestion efficace des maladies professionnelles nécessite une collaboration étroite entre la médecine du travail et les autres acteurs de la santé et de la sécurité au travail, tels que les services de santé publique, les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), et les organismes d’assurance maladie. Cette collaboration permet d’assurer une approche globale de la prévention, du diagnostic, et du suivi des maladies professionnelles, favorisant une meilleure prise en charge des salariés et une amélioration continue des conditions de travail.

Enjeux juridiques et éthiques dans la reconnaissance des maladies professionnelles

La reconnaissance des maladies professionnelles soulève également des enjeux juridiques et éthiques importants. La médecine du travail se trouve souvent au cœur de débats sur les critères de reconnaissance, les niveaux de preuve requis et les responsabilités des employeurs. Elle doit naviguer entre les exigences de la protection de la santé des travailleurs, les contraintes légales et les réalités économiques des entreprises, tout en respectant les principes éthiques de confidentialité et d’équité.

Défis et perspectives face à l’évolution des risques professionnels

Les risques professionnels évoluent constamment, avec l’apparition de nouveaux dangers liés aux technologies émergentes, aux changements organisationnels et aux évolutions sociétales. Face à ces défis, la médecine du travail doit continuellement s’adapter et se renouveler. Elle est appelée à développer de nouvelles compétences, à intégrer des technologies innovantes pour le diagnostic et le suivi des maladies professionnelles, et à renforcer sa capacité à anticiper et à répondre aux besoins de santé au travail de demain.

En conclusion, la médecine du travail occupe une position clé dans la reconnaissance et la réparation des maladies professionnelles. Son intervention précoce, son rôle de conseil et de prévention, son accompagnement dans le processus de reconnaissance et son suivi personnalisé des travailleurs sont essentiels pour assurer la santé et la sécurité au travail. Face aux défis posés par l’évolution des risques professionnels, elle doit continuer à innover et à collaborer étroitement avec l’ensemble des acteurs concernés pour remplir efficacement sa mission.

Andrew Feldman : L’homme qui révolutionne l’intelligence artificielle avec des puces géantes

Le portrait de Andrew Feldman

Le cerveau derrière Cerebras Systems, Andrew Feldman, bouscule l’industrie de l’IA avec ses puces révolutionnaires promettant d’accélérer la recherche et de débloquer de nouveaux potentiels.

Un pionnier de la Silicon Valley

Andrew Feldman n’est pas un novice dans le monde de la technologie. Avant de fonder Cerebras Systems en 2015, il a cofondé et dirigé SeaMicro, une entreprise pionnière dans les microserveurs économes en énergie, rachetée par AMD en 2012 pour 357 millions de dollars. Son esprit d’innovation et sa vision audacieuse le propulsent aujourd’hui à la tête d’une entreprise qui ambitionne de transformer le paysage de l’intelligence artificielle.

Cerebras Systems : repousser les limites du calcul

La société Cerebras Systems se distingue par sa technologie de pointe : le Wafer Scale Engine (WSE), la plus grande puce d’IA jamais construite. Cette puce, de la taille d’une plaque de cuisson, contient 400 000 cœurs et 18 Go de mémoire, permettant d’effectuer des calculs d’une complexité inédite.

Voici une vidéo présentant Andrew Feldman :

Des applications prometteuses dans tous les domaines

Le WSE de Cerebras Systems ouvre la voie à des avancées majeures dans de multiples domaines, tels que la recherche médicale, la découverte de matériaux, la finance, et bien plus encore. Les scientifiques peuvent désormais traiter des ensembles de données massifs et exécuter des simulations complexes en un temps record, accélérant ainsi le rythme de l’innovation.

Un impact concret sur le monde

L’ambition d’Andrew Feldman ne se limite pas à la technologie. Il souhaite que les innovations de Cerebras Systems aient un impact concret sur le monde. L’entreprise s’engage à collaborer avec des institutions de recherche et des organisations à but non lucratif pour mettre son savoir-faire au service de la société.

Andrew Feldman : un leader visionnaire

Le leadership d’Andrew Feldman est un élément clé du succès de Cerebras Systems. Sa passion pour l’innovation, sa capacité à rassembler des talents exceptionnels et sa vision claire de l’avenir de l’IA font de lui un véritable leader dans son domaine.

Andrew Feldman en 5 points :

  1. Co-fondateur et PDG de Cerebras Systems
  2. Entrepreneur accompli avec une expérience de 20 ans dans la Silicon Valley
  3. Créateur du Wafer Scale Engine, la plus grande puce d’IA jamais construite
  4. Ambitionne de révolutionner l’intelligence artificielle et d’avoir un impact positif sur le monde
  5. Considéré comme un leader visionnaire dans l’industrie de l’IA

Les défis à relever

Si la technologie de Cerebras Systems est prometteuse, elle n’est pas sans défis. Le coût élevé des puces et la nécessité de développer des logiciels adaptés à leur architecture complexe constituent des obstacles à l’adoption généralisée de la technologie.

Le pari audacieux d’Andrew Feldman : des puces géantes pour une intelligence artificielle décuplée

Un cerveau humain compte environ 86 milliards de neurones. Le Wafer Scale Engine de Cerebras Systems en contient 1,2 trillions. Cette comparaison saisissante illustre l’ambition démesurée d’Andrew Feldman : construire des machines capables de surpasser l’intelligence humaine.

Une rupture avec l’architecture traditionnelle

La plupart des puces d’IA traditionnelles sont constituées de milliards de transistors interconnectés sur une petite surface. Le WSE rompt avec ce modèle en intégrant des centaines de milliers de cœurs de traitement sur une puce massive. Cette approche permet une communication plus rapide et plus efficace entre les différents éléments de la puce, réduisant ainsi la latence et augmentant considérablement la puissance de calcul.

Des performances inédites pour des problèmes complexes

L’architecture unique du WSE lui confère des capacités de traitement inégalées. Il peut exécuter des simulations complexes et manipuler des ensembles de données volumineux en un temps record. Ces performances exceptionnelles ouvrent la voie à des applications révolutionnaires dans des domaines exigeant une puissance de calcul phénoménale.

Un atout pour la recherche scientifique

L’un des principaux champs d’application du WSE se situe dans la recherche scientifique. En permettant d’exécuter des simulations moléculaires et d’analyser des données génomiques à une échelle sans précédent, le WSE accélère la découverte de nouveaux médicaments et matériaux. Les chercheurs peuvent désormais explorer des hypothèses et tester des modèles impossibles à traiter avec les technologies traditionnelles.

Au-delà de la recherche : des applications grand public

L’impact du WSE ne se limite pas à la science fondamentale. Son potentiel s’étend à de nombreux domaines d’application grand public. L’optimisation des systèmes de trafic et de logistique, la personnalisation des produits et services, et la création de contenus immersifs ne sont que quelques exemples des applications potentielles.

Un investissement dans l’avenir de l’intelligence artificielle

Le développement du WSE représente un investissement important dans l’avenir de l’intelligence artificielle. Andrew Feldman est convaincu que cette technologie permettra de franchir des caps significatifs dans la compréhension du cerveau humain et le développement de l’IA générale (AGI, Artificial General Intelligence).

Un travail d’optimisation logicielle nécessaire

Malgré ses performances impressionnantes, le WSE pose des défis informatiques importants. Son architecture unique nécessite le développement de logiciels spécifiques capables d’exploiter pleinement sa puissance de calcul. Des efforts considérables sont déployés par Cerebras Systems et la communauté scientifique pour adapter les logiciels existants et en créer de nouveaux optimisés pour le WSE.

Vers une démocratisation de la technologie ?

L’un des obstacles majeurs à l’adoption généralisée du WSE est son coût élevé. Actuellement, seuls quelques grands centres de recherche et institutions peuvent se permettre d’acquérir cette technologie. Andrew Feldman et Cerebras Systems travaillent activement à réduire les coûts et à développer des solutions plus accessibles pour un plus large éventail d’utilisateurs.

Andrew Feldman : un catalyseur de l’innovation

Andrew Feldman ne se contente pas de développer des technologies de pointe. Il s’efforce également de créer un écosystème favorable à l’innovation. Cerebras Systems collabore étroitement avec des universités, des centres de recherche et des entreprises pour stimuler la recherche et le développement autour du WSE.

Un avenir prometteur pour l’intelligence artificielle

L’approche audacieuse d’Andrew Feldman et le développement du WSE ouvrent un avenir prometteur pour l’intelligence artificielle. Cette technologie a le potentiel de révolutionner de nombreux secteurs et de contribuer à la résolution de problèmes majeurs auxquels l’humanité est confrontée.

L’harmonie du futur: Claude-Jean-Marie Fould décrypte l’ère numérique de la musique

La musique à l'ère d'Internet, selon Claude-Jean-Marie Fould

À une époque où chaque aspect de notre vie est imprégné par le numérique, la musique n’échappe pas à cette révolution. L’ère d’Internet a ouvert de nouvelles dimensions pour les créateurs et les consommateurs de musique, transformant radicalement les façons dont elle est produite, distribuée et appréciée. Au cœur de cette transformation, Claude-Jean-Marie Fould partage son expertise et ses réflexions sur cette évolution. Avec une carrière qui embrasse à la fois les traditions musicales et les innovations numériques, Claude-Jean-Marie Fould est idéalement placé pour explorer les nuances de cette nouvelle ère. Cet article puise dans ses connaissances pour comprendre comment la musique à l’ère d’Internet façonne notre expérience culturelle, tout en préservant l’essence de ce qui rend la musique universellement puissante.

La symbiose entre tradition et innovation

Claude-Jean-Marie Fould souligne l’importance de maintenir une harmonie entre les méthodes traditionnelles de création musicale et les possibilités offertes par les technologies numériques. Il observe que, bien que l’Internet ait facilité une accessibilité sans précédent à la musique, il est crucial de ne pas perdre de vue l’art de la composition et de l’interprétation qui repose sur des siècles de savoir-faire. Pour lui, la vraie beauté réside dans la capacité des artistes à intégrer ces nouveaux outils sans éclipser l’âme de leur art.

Voici une vidéo relatant ces faits :

Dans cet esprit, Claude-Jean-Marie Fould encourage les musiciens à explorer les plateformes numériques non seulement comme des moyens de diffusion, mais aussi comme des espaces pour expérimenter et innover. Cependant, il rappelle l’importance de garder la musique ancrée dans ses racines, assurant ainsi que la technologie serve l’art et non l’inverse.

Repenser la distribution musicale

L’avènement du streaming et des téléchargements numériques a bouleversé le modèle traditionnel de distribution musicale, note Claude-Jean-Marie Fould. Il voit dans cette transition une double facette : une opportunité pour les artistes de toucher un public mondial, mais aussi un défi pour maintenir la valeur de leur travail dans un marché saturé. Claude-Jean-Marie Fould prône un équilibre, où les artistes peuvent bénéficier de la portée de l’Internet tout en trouvant des moyens de connecter authentiquement avec leur audience.

Pour lui, la clé réside dans la création de contenu musical qui transcende le simple audio pour offrir une expérience plus riche et engageante. Claude-Jean-Marie Fould encourage l’utilisation de vidéos, de podcasts et d’autres formats interactifs pour enrichir l’expérience musicale, permettant ainsi aux artistes de se distinguer dans l’océan numérique.

L’éducation musicale à l’ère numérique

L’impact de l’Internet sur l’éducation musicale est un autre domaine d’expertise pour Claude-Jean-Marie Fould. Il constate que l’accès facilité à une vaste gamme de ressources éducatives en ligne représente une révolution dans la façon dont les musiciens apprennent et se développent. Cependant, il met en garde contre une dépendance excessive à ces outils numériques, soulignant l’importance de l’interaction humaine et de l’expérience pratique dans l’apprentissage de la musique.

Claude-Jean-Marie Fould voit un avenir où l’éducation musicale combine le meilleur des deux mondes : l’accès illimité à l’information et aux ressources en ligne, et les précieuses leçons tirées des méthodes d’enseignement traditionnelles. Pour lui, l’objectif est de former des musiciens bien arrondis, capables de naviguer dans le paysage numérique tout en restant profondément enracinés dans la discipline musicale.

La collaboration transculturelle facilitée par l’Internet

L’une des transformations les plus passionnantes que Claude-Jean-Marie Fould observe dans la musique à l’ère d’Internet est la facilitation des collaborations transculturelles. Grâce à la connectivité numérique, les artistes de différents coins du globe peuvent facilement travailler ensemble, fusionnant leurs influences pour créer quelque chose de véritablement unique. Cela, selon lui, enrichit le paysage musical mondial et favorise une compréhension mutuelle à travers les frontières culturelles.

Toutefois, Claude-Jean-Marie Fould rappelle que ces collaborations doivent être menées avec respect et conscience des contextes culturels de chaque artiste. Il souligne l’importance de l’échange équitable d’idées et de la célébration de la diversité dans le processus créatif, assurant que l’Internet devienne un espace d’union créative plutôt qu’un moyen d’appropriation culturelle.

Défis et opportunités pour les artistes émergents

Pour Claude-Jean-Marie Fould, l’ère numérique offre aux artistes émergents des opportunités sans précédent de se faire entendre. Cependant, il reconnaît également les défis inhérents à un marché surchargé où se démarquer peut être difficile. Sa recommandation pour les nouveaux artistes est de se concentrer sur l’authenticité et la qualité, en utilisant les plateformes numériques pour construire une communauté engagée plutôt que de chercher une réussite rapide et éphémère.

Vers un avenir musical intégré

En conclusion, Claude-Jean-Marie Fould envisage un avenir où la musique continue d’évoluer harmonieusement avec la technologie, enrichissant ainsi notre expérience culturelle sans perdre l’essence de ce qui rend la musique si puissante. Pour lui, le défi et l’opportunité résident dans notre capacité à naviguer dans cet espace numérique de manière réfléchie, en veillant à ce que l’innovation serve toujours l’art de la musique.

Yosra Jarraya, la femme à la tête d’Astran, une entreprise spécialisée dans la cybersécurité

Le portrait d'Yosra Jarraya

Yosra Jarraya est la cofondatrice et la directrice générale d’Astran, une startup française qui propose une solution innovante de protection des données dans le cloud. Grâce à sa technologie de fragmentation des données, Astran permet aux entreprises de garder le contrôle de leurs informations sensibles tout en bénéficiant des avantages du cloud. Portrait d’une femme entrepreneure qui a su s’imposer dans un secteur dominé par les hommes.

Un parcours assez particulier

Yosra Jarraya n’a pas suivi un chemin classique pour devenir la dirigeante d’une entreprise de cybersécurité. Après des études de commerce et de droit, elle a exercé comme avocate d’affaires pendant plusieurs années, avant de rejoindre une société d’investissement en tant que directrice juridique et financière. Passionnée par les nouvelles technologies, elle s’est formée à la blockchain au MIT Sloan et s’est intéressée aux enjeux de la souveraineté numérique.

En 2021, elle décide de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec deux associés, Gilles Seghaier et Yahya Jarraya. Ensemble, ils fondent Astran, avec l’ambition de créer une alternative au chiffrement des données, qui présente des limites en termes de performance et de compatibilité avec les solutions cloud existantes. Astran utilise la fragmentation des données, un procédé qui consiste à découper les données en morceaux indéchiffrables et à les répartir sur différents serveurs cloud. Ainsi, les données sont protégées contre les attaques et les fuites, tout en restant accessibles aux utilisateurs autorisés.

Une innovation reconnue et soutenue

Astran a rapidement séduit des clients prestigieux, comme Sanofi ou la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile), qui ont fait confiance à sa solution pour sécuriser leurs données stratégiques. La startup a également été sélectionnée par Google For Startups pour intégrer la Growth Academy Cybersecurity, un programme qui accompagne le développement des champions européens de la cybersécurité. Enfin, Astran a réalisé deux levées de fonds successives en 2021 et 2023, pour un montant total de 6,45 millions d’euros, auprès de fonds d’investissement spécialisés dans la DeepTech.

Voici une vidéo présentant cette solution :

Yosra Jarraya se réjouit de ces succès, qui témoignent du potentiel de son entreprise et de son innovation. Elle souligne également l’importance de l’écosystème français de la cybersécurité, qui favorise les synergies entre les acteurs publics, privés et académiques. Elle cite notamment le Campus Cyber, un pôle d’excellence dédié à la cybersécurité situé à La Défense, où Astran a installé ses bureaux.

Une femme inspirante et engagée

Yosra Jarraya est l’une des rares femmes à diriger une entreprise de cybersécurité, un secteur encore très masculin. Elle reconnaît avoir rencontré des difficultés liées à son genre, notamment lorsqu’elle devait convaincre des investisseurs ou des clients. Mais elle n’a jamais baissé les bras et a su faire valoir ses compétences et sa vision. Elle encourage d’ailleurs les femmes à se lancer dans ce domaine passionnant et porteur d’avenir.

Elle est également engagée pour promouvoir la diversité et l’inclusion dans le monde du numérique. Elle est membre du réseau Expertes France, qui vise à valoriser les expertises féminines dans les médias. Elle intervient régulièrement lors d’événements ou de conférences pour partager son expérience et ses conseils. Elle est aussi partenaire de la Wild Code School, une école qui forme aux métiers du numérique et qui soutient l’accès des femmes à ces formations.

Yosra Jarraya est donc une femme qui révolutionne la cybersécurité avec Astran, mais aussi une femme qui inspire et qui s’implique pour faire bouger les lignes.